L’esclavage aux Comores. Volume 2, L’influence des Makua dans la société

L’esclavage aux Comores

Tome 2. L’influence des Makua dans la société

Les Comores se caractérisent par la mixité. Cependant, il est difficile de distinguer physiquement les descendants de Makua des autres Comoriens. Pourtant, les Makua, pris de force au Mozambique pour devenir esclaves, ont d’abord été isolés et mis à l’écart et sont à l’origine de la création d’un certain nombre de villes et villages. Quels rôles leur étaient dévolus ? Comment ont-ils réussi leur intégration ? Quelles sont les conséquences et séquelles actuelles de la traite négrière ?

Dans ce deuxième tome, l’historien Ibouroi Ali Tabibou tente de répondre à ces questions et aborde le peuplement de l’archipel, très influencé par les vagues successives de travailleurs forcés. Il revient en outre sur leurs apports dans le patrimoine intangible (savoir-faire, danses, chants…) et sur leur contribution dans le développement du pays (construction de routes, de pistes d’atterrissage, plantations agricoles…).

Hormis la valeur historique du travail de l’auteur, on soulignera la réhabilitation méritée des Makua dans une société comorienne obnubilée par la culture arabo-musulmane. Plutôt que de valoriser son évidente africanité, elle a tendance à la réfuter et à nier ses liens avec la servilité lorsqu’il s’agit de s’avouer victime. Comme si les rôles devaient être inversés, comme s’il valait mieux appartenir à une lignée esclavagiste. Cet ouvrage est en ce sens un hommage rendu à ces hommes et à ces femmes malmenés par la vie et l’histoire. Il ouvre par ailleurs des pistes de réflexion en matière d’identité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *